En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Informations culturelles et sportives

La Main, objet de toutes les at.tenta.tions ...

Par Laure Guellard, publié le mardi 12 mai 2020 12:02 - Mis à jour le jeudi 14 mai 2020 08:57
image Thomas Potier 2.jpg
Thomas Potier, élève de terminale, devait réaliser au lycée une exposition de photographies sur le thème des mains. Dans le contexte de fermeture de l'établissement, vous pourrez faire une visite virtuelle, et lire une interview de Thomas.

Tel le Phénix, le 9 ¾ renaît de son confinement. Il reprend du service pour vous servir... ! Son tout premier défi est de mettre en lumière une initiative personnelle & artistique qui a vu le jour le mois dernier.

Thomas Potier, dont vous avez pu lire l'interview dans le numéro 2 de la Gazette [que vous pouvez lire sur ce lien LA DEUXIEME EDITION DE LA GAZETTE DE XAVIER EST EN LIGNE!!!!!], expose virtuellement sa série intitulée « Jeux de Mains ». Vous avez bien lu, petits chanceux ! Virtuellement ! Aaah, l'progrès !

 

En effet, Thomas Potier a créé un écrin sur-mesure pour accueillir son exposition virtuelle. Son site se nomme « labandeargentique » mais il vous donnera plus de renseignements un peu plus loin ! Promis !

 

Ce photographe, amateur et néanmoins talentueux, a saisi ces mains sous tous leurs angles. Mais je devine que vous trépignez d'impatience ! Devant cette foule en furie, je me retire !

 

Mesdames zé Messieurs, je vous laisse en tête à tête avec ce photographe qui harponne les photos plus vite que son ombre !

J'ai nommé Thooooomas Potier !!!

 

H - De quand date cette série ? Cela t'a-t-il pris du temps pour la réaliser ? Oui ? Non ? Pourquoi ? L'as-tu réalisée seule ?

TP : Alors, cette série a été débutée en juillet 2019, avec pour objectif de faire de la photo de rue en noir et blanc et en argentique. J’avais déjà une vague idée de vouloir l’exposer. Cela m’a donc pris pour la forme actuelle, 8 mois, mais sous sa forme prévue au départ c’est-à-dire physique, j’ai envie de dire que le travail n’est pas fini car les tirages n’ont pas été fini à cause du confinement. J’ai réalisé ce travail seul, mais en collaboration avec toutes les personnes qui m’ont prêté leurs mains ainsi que deux autres qui ont pu me guider et me fournir pour les différentes étapes.

H - Ta série m'inspire ces deux prochaines questions :

Tout d'abord concernant le support choisi, pourquoi avoir préféré l'argentique au numérique qui présente bien plus d'avantages en termes de techniques de retouches, de développement, de rapidité...

TP : J’ai choisi l’argentique pour laisser place à l’erreur, pour se donner du temps sans voir les photos. Là, j’ai passé près de six mois avant de voir mes photos. Ça rajoutait une sorte de défi. De plus, l’argentique permet d’avoir réellement la main sur tous les éléments de la photo contrairement au numérique où l’image est automatiquement prétraitée.

La ou les mains fait ou font l'objet de représentations, dans tous les Arts, depuis la Nuit des Temps exprimant, à chaque fois, une symbolique toujours très puissante. T'es-tu inscrit dans un prolongement de cette recherche du sens, du symbole ? T'es-tu appuyé sur un travail en particulier pour construire ta démarche ? Ou … pas du tout ?!!

TP : Le symbole de la main est fort. Mais je ne prétends pas être dans la continuité de grandes œuvres. Je voulais simplement témoigner, sous un angle graphique, de la beauté des lignes et des contrastes.

Je ne me suis pas inspiré d’un artiste ou d’un travail en particulier. Quelques évocations parfois, et très subtiles à des styles photographiques, mais pas réellement pour le fil rouge de la série.

H : En somme, quelle est ta démarche ? Peux-tu nous l'expliquer ?

TP : La démarche artistique a été de se poser des idées dans un premier temps ; savoir ce que je voulais faire et comment. Ces deux questions ont reçu leurs réponses rapidement. Je voulais faire de la photo de rue, et je voulais faire de l’argentique. A ces deux idées, se sont collées des contraintes. Pour la photo de rue, je ne devais pas embêter les gens en leur faisant remplir des papiers concernant le droit à l’image. Je devais trouver quelque chose de simple. À partir de là, il me fallait préciser encore plus le sujet afin de ne pas m’éparpiller. Les mains sont naturellement venues comme fil conducteur.

En termes de moyen technique, j’avais l’argentique. En est découlé presque automatiquement le noir et blanc que je pouvais développer moi-même.

H : En raison du confinement, tu n'as pas pu exposer ta série. C'est pourquoi, tu as cherché un autre moyen, soit dit en passant très réussi, de la diffuser. Peux-tu nous en parler ? Nous en donner « l'adresse » ? Qu'y a-t-il à y découvrir ?

TP : Je ne voulais pas, ni priver les spectateurs, ni me priver de diffuser ce travail qui m’a quand même pris du temps. Il fallait que je trouve un moyen d’exposer ma série photographique de telle sorte qu’elle soit accessible à tous, sans inscription ou autre étape. Le moyen le plus facile était donc de créer mon site web.

On peut retrouver la page de l’exposition à l’adresse suivante :

labandeargentique.lescigales.org/expos--jeux-de-mains.html

 

Sur le site, on peut retrouver également mes autres travaux qui n’ont pas donné lieu à une exposition, et qui sont plus, disons, « en vrac ».

 

Mesdames zé Messieurs, vous savez maintenant qu'il vous reste à faire !

 

Hazel pour le 9 ¾

6 Mai 2020